Karaganda

Jean-Thomas Trojani : Drôle de drachme en Europe

Spread the love

Certains experts en doutent sérieusement. Chacun d’eux, intellectuel, lui communiquera quelque chose de son intellectualité. Or, depuis près de 10 ans nous observons et subissons la volonté systématique de l’Etat de nier notre rôle, notre importance dans le fonctionnement même de notre société, en abaissant le niveau des subventions publiques, en remettant en cause les fondements de notre action au quotidien et les liens intergénérationnels patiemment tissés par nos associations sportives années après années. Notre collègue et ami Jean-Thomas Trojani, a convaincu et remporté une victoire pour ce projet. Tout effort pour lutter contre le courant critique, positiviste, panthéiste, qui allait devenir la philosophie dominante sous l’empire, fut désarmé et étouffé d’avance. Donner, hors de l’esprit humain, une valeur objective aux idées de temps et d’espace, est-ce céder à une illusion du même genre que celle qui nous fait transporter aux arbres du rivage le mouvement du navire qui nous emporte, et au système des astres le mouvement de la terre d’où nous les observons (7) ? L’idée nous serait-elle jamais venue de mettre en doute cette valeur absolue de notre connaissance, si la philosophie ne nous avait montré à quelles contradictions notre spéculation se heurte, à quelles impasses elle aboutit ? Pour cela nous essayerons d’analyser plus à fond que nous ne l’avons fait encore le besoin psychologique d’une sanction chez l’être en société, nous en esquisserons la genèse, et nous verrons comment, produit d’abord par un instinct naturel et légitime, il tend à se restreindre, à se limiter de plus en plus avec la marche de l’évolution humaine. Il continua son inspection mondaine, trouvant un mot de plaisanterie facile et un peu distante toujours, pour les deux filles de Mrs W. Est-il ceci, ou cela, ou autre chose ? L’assemblage de produits manufacturiers en Chine fait partie intégrante des chaînes d’approvisionnement mondiales pour de nombreux produits. Et moi, je dis : Quiconque repousse la liberté n’a pas foi dans l’humanité. Mais cette absurdité est difficile à dégager, parce que notre mémoire a coutume d’aligner dans un espace idéal les termes qu’elle perçoit tour à tour, parce qu’elle se représente toujours la succession passée sous forme de juxtaposition. Si l’inconnaissable réalité projette dans notre faculté de percevoir une diver­sité sensible, capable de s’y insérer exactement, n’est-elle pas, par là même, connue en partie ? Et le système semble fonctionner. Tel, le vent qui s’engouffre dans un carrefour se divise en courants d’air divergents, qui ne sont tous qu’un seul et même souffle. Aujourd’hui, les criminels, qui ne sont plus poursuivis par personne, n’ont plus besoin d’asile ; ce sont eux qui poussent leurs victimes à se réfugier dans l’église où elles espèrent trouver un abri, la protection qu’elles ont renoncé à chercher dans la vigueur de leur cerveau ou de leurs bras. Dès lors, la création de l’appareil visuel ne s’explique pas plus par l’assemblage de ses éléments anatomiques que le percement d’un canal ne s’expliquerait par un apport de terre qui en aurait fait les rives. Et vous ne serez plus surpris de la facilité avec laquelle tout s’écroule, au ix Thermidor, sous l’œil abêti du peuple qui ne comprend plus, qui ne peut plus comprendra. Ces derniers évoluent de pair avec ceux de l’industrie dans les deux pays.

Archives

Pages